Franchises, exclusions, indemnisation… Les points de vigilance de l’assurance habitation

Certaines compagnies d’assurance n’hésitent pas à inclure dans les clauses du contrat d’une assurance habitation les pièges qui leur permettent d’escroquer le client. Pour éviter de tomber sur ce genre d’embrouille, il est important de pouvoir déceler les termes qui pourraient porter atteinte aux intérêts du souscripteur. Lors de la signature d’un contrat d’assurance habitation, il faut être très vigilant.

L’assurance habitation

L’assurance habitation est un contrat qui permet de couvrir les pertes sur une maison en cas de malus. Il existe de très nombreuses modalités en ce qui concerne l’ampleur et les types de pertes qui peuvent être couvertes, mais l’idéal serait d’en référer directement à votre assureur.

Il est important de pouvoir assurer son habitation, car de nombreux incidents peuvent y savoir lieu. Le risque d’accident n’est jamais nul même sur les maisons les plus sûres. En effet, l’insécurité, les aléas climatiques, ou encore la fragilité des matériaux de construction sont autant de facteurs qui peuvent favoriser l’apparition d’un incident. Le fait de souscrire une assurance habitation permet de rassurer les bénéficiaires quant à cette éventualité.

Le montant de la cotisation d’une assurance habitation dépend de plusieurs paramètres, mais l’assureur se base souvent sur les risques. Cependant, les risques d’accidents peuvent varier d’une habitation à une autre. Avant d’accepter de couvrir les usagers, les compagnies d’assurance demandent souvent à faire expertiser la maison. Ce n’est qu’après cette intervention qu’elles peuvent présenter au client les types de couverture qui peuvent être envisagés, ainsi que le montant de la cotisation d’assurance.

Les pièges dans un contrat d’assurance habitation

La souscription d’une assurance habitation est un excellent moyen pour prévenir les pertes en cas d’incidents. Cependant, il peut arriver que l’assureur refuse de dédommager le souscripteur. Pour pouvoir être indemnisé, le client devra être en mesure de prouver qu’il a bel et bien été victime d’un malus, et qu’il n’en est pas à l’origine. En général, c’est toujours un expert envoyé par la compagnie d’assurance qui se charge d’inspecter les dégâts subits par la maison. Et ce n’est qu’après son expertise que le client pourra être indemnisé, ou non.

Ainsi, le dédommagement de la victime pourrait entièrement dépendre de l’appréciation de cet expert. S’il venait à faire de fausses constatations, le client pourrait repartir bredouille. Il est possible de demander une contre-expertise, mais il s’agit d’une procédure complexe qui met beaucoup de temps avant de porter ses fruits.

Comment éviter les pièges dans un contrat d’assurance habitation ?

Les clauses du contrat d’une assurance habitation doivent toujours faire mention de toutes les conditions d’accès à l’indemnisation. Avant de signer le document, il est important de lire le contrat en entier afin de déceler les pièges éventuels. Même les clauses en petit caractère méritent d’être soigneusement étudiées. Après avoir parcouru l’ensemble du document, vous serez en mesure de déterminer si les conditions posées par l’assureur ne vous posent pas de problème. Dans le cas contraire, mieux vaut ne pas signer le contrat.

Quel intérêt de passer par un courtier en assurance ?
Quel est le rôle de l’attestation d’assurance habitation ?